Le coupon avec lequel j'ai cousu la première parisienne, c'est ma fille qui l'a choisi il y a déjà plusieurs mois.

Elle avait envie d'une robe un peu habillée, pas trop olé olé. Ce coupon gris nous a semblé parfait pour le modèle.

Avant de la coudre, juste avant Noël, je lui ai fait essayer ma première version (ici): impeccable! Comme si elle avait été faite pour elle!
Chouette: pas besoin de réimprimer, recoller, ni recouper le patron PDF.

J'ai donc repris mon patron, coupé mon tissu, et cousu la robe de façon identique.

Au moment de l'essayage avant de faire l'ourlet (ben oui: elle n'habite plus à la maison, alors les essayages sont limités), catastrophe! Elle est bien rentrée dans la robe, mais tellement serrée aux fesses que c'était impossible de s'asseoir!

C'est à ce moment là que je me suis souvenue que, si le patron est prévu coutures comprises, j'avais quand même ajouté 1 cm quand j'ai fait ma robe!
Heureusement, je suis la reine du tétris: j'avais optimisé ma coupe et il me restait juste de quoi refaire la jupe avec un centimètre de plus aux coutures!
On a frôlé le drame: depuis le temps qu'on avait acheté le tissu, il aurait été impossible d'en retrouver un morceau.

La deuxième version, j'ai eu envie de la coudre pour moi, pour le mariage de ma cousine, fin décembre.

Je voulais un lainage, parce que même à Toulouse, en décembre, hors de question de porter une robe légère.

Vous n'allez peut-être pas me croire, mais en décembre, à Paris, impossible de trouver un lainage fin si on ne veut ni noir, ni gris, ni écossais!
J'ai visité un nombre incalculable de magasins de tissu, écumé tout le quartier du marché St Pierre, et je commençais à désespérer quand je suis finalement tombée sur un coupon de trois mètres de laine bouillie rouge.

Et la série de bêtises s'est enchaînée:
J'ai coupé le corsage dans le tissu de la doublure, et la doublure dans le tissu du corsage. Heureusement que j'avais 3 mètres de tissu pour recommencer!
J'ai piqué les plis de la jupe dans le mauvais sens: vive le découvite!
La laine bouillie n'ayant ni envers, ni endroit, j'ai cousu deux manches gauches et pas de manche droite: vive le découvite!
Après le montage des manches, Je me suis rendue compte que la carrure de la robe était beaucoup trop large: vive le découvite, avant de retailler mon corsage!
Quant à ma fermeture invisible, j'ai fait une torsion en posant le deuxième côté: ARRRHHHH!! Je ne supporte plus mon découvite!!

Bon, ma robe a été finalement terminée juste à temps pour le mariage.
Et je n'ai pas regretté ma laine bouillie, vu la température glaciale dans l'église!

IMG_5561

IMG_5576

IMG_5562

IMG_5578

IMG_5565

IMG_5582

IMG_5567

IMG_5592

 

A très bientôt!